BASKET-CLUB VILLEFRANCHE BEAUJOLAIS

BASKET-CLUB VILLEFRANCHE BEAUJOLAIS

SITE OFFICIEL 2016/2017


INTERVIEW : Quentin BORDERY

Publié par BCVB sur 18 Avril 2016, 20:00pm

Catégories : #INTERVIEWS

QUENTIN BORDERY :

"Insister sur la notion d'Equipe !"

 

C'est sa décision : le Capitaine du BCVB, Quentin Bordery, mettra un terme

à sa carrière à la fin de la saison.

A l'occasion de sa "dernière" au Palais des Sports avec le BCVB,

bcvb.net a receuilli ses impressions...

--------------------

 

Salut Quentin, tout d'abord comment te sens-tu à quelques heures de ton dernier match au Palais des Sports ?

Salut, honnêtement je ne sais pas trop… un mélange de plein de choses, appréhension, excitation... J'ai hâte d'être à 19h ce samedi dans les vestiaires avec les "gars" pour notre routine, et avoir la tête au match.

 

Le BCVB n'était vraiment pas favori au début de la saison, et n'ambitionnait d'ailleurs que le maintien, comment expliques-tu cet exceptionnel parcours ?

L'Equipe, le Groupe.

Effectivement, on jouait le maintien avec une équipe de "transition", composée des jeunes (Comme Fabien.. oui, parce ce que Robin c'est un « pseudo », Morgan ou Félicien) qui allaient prendre de plus en plus de responsabilités, de nos recrues ou de ceux qui étaient de retour au Club, et puis les "cadres".

Beaucoup nous voyaient comme une équipe « bancale », en chantier, certains affirmaient même qu'il ne fallait pas nous respecter (tant mieux pour eux ! – rires -).

Dès le départ, on a décidé de prendre les matchs au fur et à mesure, l'ambiance qui règne dans ce groupe a facilité la communication et forcément, quand un vestiaire vit bien, ça permet lors des matchs d'avoir ce petit « plus » qui te permet de rebondir, de se reprendre plus facilement.

Je reste persuadé qu'on a ramené quelques victoires grâce à ça !

On se retrouve premiers de la poule la plus relevée, bien placé dès le départ en poule haute.

On a continué dans le même état d'esprit et, comme l'appétit vient en mangeant (comme a déclaré le célèbre philosophe Yoann Mille – rires - ), on a rien lâché !

Mais oui, le groupe des Séniors dans son ensemble, staff compris, est l'explication de cette montée. Laurent, Philippe et ce « corniaud » de Laurent Coudour ont donné un coup de main à David, qui prenait sa première équipe séniors.

C'était pas facile pour lui, surtout qu'il passait d'un coup du coéquipier, du "pote", au Coach...avec ses obligations à côté.

Et il nous emmène en NM3, excusez du peu ! ;)

Les « gars de la 2 », les « juniors » qui venaient compléter les séances aussi ont permis à l'équipe de bosser le mieux possible.

J'ai loupé énormément d’entrainements à cause de mon dos et mes tendons d’Achille, Steph’ a eu des soucis avec ses genoux, Julien des obligations professionnelles et des bobos aussi...

Voilà pourquoi il faut insister sur cette notion d'équipe, de groupe au sens large.

 

- Revenons un peu sur ton parcours basket : quelles en ont été les principales étapes et les moments les plus marquants ?

Le basket est un truc de famille chez nous : mon grand-père est un ancien arbitre international, entraineur d'une équipe de ligue féminine de l'époque du CUC de Clermont, et Président du Comité de l'Ain.

Ma mère Nanou et ma Tante ont également joué au basket.

J'ai réellement commencé ma formation à 15-16 ans à la CRO Lyon en cadet région avec un certain Philippe Cittério comme Coach et un entrainement hebdomadaire avec les cadets France.

J'ai joué en cadets région jusqu'à mes années séniors où j'étais en RM2 avec l'équipe 2, et je faisais le bout du banc de la NM3 sans beaucoup d'apparitions ! lol

A 20 ans, je suis parti au BC Viriat en RM1, recruté par Stéphane "Delaney" Vincent, où j'ai connu une montée en NM3 3 ans après.

J'ai terminé mes belles année viriaties avec Sylvain Desmaris.

Et me voici en Calade depuis 6 ans !

Les moments les plus marquants ?

Sans doute ma première apparition en NM3, j'avais 17 ans,

C'était la gloire pour moi ! – rires - .

Les montées avec Viriat et Villefranche, les descentes aussi (c'est comme ça aussi qu'on apprend, savoir se relever), mon premier match avec le BCVB , alors que je revenais de blessure, les derbies (perdus ou gagnés) que ce soit contre la JL Bourg ou Jassans plus récemment avec le Palais plein à craquer qui « brassait », nous encourageait, c'est "que" de la Région mais tu te sens invincible !... Mais je crois surtout que ce qui m'a le plus marqué, c'est le côté humain des différentes saisons.

J'ai toujours privilégié cet aspect du sport, la vie d'un groupe, les rencontres, le chemin qu'une équipe fait toute une saison, c'est ça qui apporte le plus, qui te fait grandir.

Alors si en plus, ça gagne et ça monte, que demander de plus ?

Mais même dans la défaite ou la « galère », tu te retrouves entouré, tu bosses avec les autres, pour les autres... le basket m'a énormément apporté de ce côté-là, clairement il m'a permis de "grandir".

 

- Pourquoi avoir choisi d'arrêter, alors que tu n'as que 33 ans ?

C'est tôt par rapport à certains oui, mais depuis mon hernie discale à mon arrivée au Club, et mes tendons d'Achille depuis l'an dernier, physiquement la récupération est de plus en plus difficile, j'avoue que je commence à en avoir marre de marcher comme un robot rouillé les lendemains de match... lol. Une certaine lassitude physique, les déplacements (même si Lyon n'est pas à l'autre bout de la France)...

Je m'étais toujours dit que j'essaierai de ne pas faire l'année de trop, pas mal de signes me disent que c'est le moment de d'arrêter.

Même si la vie de l'équipe, le Club va évidemment me manquer.

Et puis un peu égoïstement, finir sur une montée c'est quand même parfait non?

- De ton passage au BCVB, qu'en retiendras-tu ?

Encore une fois, l'ambiance !

Je me suis blessé (une hernie discale qui m'a éloigné presque 7 mois) quasiment dès mon arrivée, et pourtant je me suis toujours senti intégré de suite.

Le fait que le Club soit structuré et solide, sans perdre son côté familial.

Le soutien de tout le monde dans les bons et les mauvais moments, sportifs ou personnels...

Et puis pour être plus léger, le « kop des hooligans » qu'on entend du début à la fin (et ça aide parfois ! lol), les séquences de DJ- Speaker de Eddy, les retours en minibus, même quand « Doudou* » conduit, les interventions de Gaetan, n'importe où, n'importe quand, la vie du vestiaire... Y a de quoi écrire un livre !

Mais oui, le bout de chemin que j'ai pu faire avec le Club, voilà ce que je retiens, c'est le chemin le plus important.

 

- Quel regard portes-tu sur la situation du Club ?

Je suis confiant pour l'avenir

Le Club est au-dessus de tout.

Ce qui se passera l'année prochaine en NM3 n'est pas le plus important, dans le sens où les équipes du Club vont continuer à se développer, le Club dans son ensemble continuera avec ses fondations solides.

Même si évidemment l'équipe fanion est importante avec son rôle de "vitrine" du BCVB.

Et puis les jeunes sont là !

La formation amène des joueurs intéressants, les anciens seront encore là, ill y a de quoi faire.

 

- Qu'as-tu envie de dire aux Membres du BCVB, aux Parents, aux Supporters avant ce dernier match ?

Un grand merci, tout simplement !

Tout particulièrement à « Gadine** », ma Marraine de maillot, notre « Doudou  international », Michel Guillet et « Titou*** »... Tous les dirigeants, bénévoles, spectateurs, qui font que nous avons "juste" à nous mettre en tenue et nous occuper de notre match...

J'espère que ce sera une belle fête samedi soir, pour la montée, pour le Club et surtout, que cette fête se fasse tous ensemble !

 

- Ta décision est-elle vraiment définitive, ou bien ?...

Le basket, le jeu me manquera toujours, et c'est normal après presque 20 ans, mais cette année je me suis presque pas entraîné à cause des douleurs, ça ne serait pas honnête vis-à-vis de l'équipe et de moi-même de repartir dans ces conditions.

Je suis souvent passé au-dessus de ça, mais quand le physique commence à se faire plus entendre que la tête, c'est qu'il faut être raisonnable.

Encore une fois, finir sur une montée et une belle fête à domicile c'est la meilleure récompense !

 

Merci Quentin, et profite bien maintenant !

* Didier Gutknecht (Intendant du BCVB)

** Françoise Lafaÿsse (Trésorière)

*** Thierry Chevrier (Président)

 

Photos : Serge BERJOT

INTERVIEW : Quentin BORDERY

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents